Aimeriez-vous être éditeur ?

« D’une manière générale… celui ou celle qui est le mieux informé aura le plus de succès dans la vie »
Benjamin Disraeli, premier ministre anglais, 1804-1881

J’ai découvert que le métier d’éditeur est l’équivalent de celui d’avocat ou de médecin. Il est valorisant de mettre « Éditeur » sur sa carte de visite. On est reçu dans les sphères les plus hautes de la société. Quand on donne sa profession, les yeux ronds, le regard envieux, vous donnent le sentiment d’être important.

Dans le multi-level, j’ai vu combien la promotion des ventes pouvait dynamiser une force de vente. Il y avait sans arrêt des promotions, un peu comme vous pouvez le voir aujourd’hui avec les hypermarchés. C’est toute l’importance de l’offre, dont nous allons reparler, que j’ai commencé à comprendre.

   J’ai réalisé que monter une affaire, aussi brillante soit-elle, qui dépend d’une entreprise autre que la sienne – par exemple dans un multi-level, c’est lier son avenir à quelqu’un d’autre qui peut faire des erreurs. C’est un danger. Combien de multi-levels ont fini dans les ennuis légaux ou financiers,

   Le marché de l’information vendue en ligne sur internet est de plus de 600 milliards de dollars annuels… en anglais. Comme d’habitude le monde anglo-saxon a pris de l’avance sur nous. Cela veut dire que les années qui viennent vont voir l’explosion de la vente d’information sur l’internet francophone.

Une opportunité extraordinaire s’ouvre pour toute personne qui s’intéresse aux livres et à l’information. Celle de pouvoir devenir Éditeur Internet. Et c’est à la portée de presque tout le monde. De vous peut-être…

   Si vous vendez votre temps, il est impossible de faire fortune parce que vous êtes limité par les 24 heures d’une journée. Si vous vendez des produits, il vous suffit de trouver des moyens d’en vendre plus pour gagner plus, ou de vendre à un plus grand nombre de personnes, ou de les vendre plus cher en leur donnant plus de valeur.

Laissez un commentaire





Partager
Partager